IMG_3987.jpg

WORKSHOP TETOUAN, MAROC

Du 18 au 25 novembre 2018

Entre le 18 et 25 novembre 2018, les étudiants du nouveau master de l’IUAR sont partis à Tétouan, dans le cadre de leur premier workshop de l’année.
Mené en partenariat avec l’Ecole nationale d’Architecture de Tétouan, celui-ci a permis à 27 étudiants des deux écoles, de travailler sur un quartier d’habitat spontané, en périphérie ouest de la ville.
A partir de relevés sur le terrain, de nombreux entretiens avec les habitants, mais aussi de réunions avec l’association de quartier et les services de l’agence urbaine, ils ont engagé un diagnostic transversal à plusieurs thématiques essentielles pour le devenir de ce quartier en difficulté : l’éducation, le ramassage, le tri et le recyclage des déchets, l’insertion socio-économique des jeunes, la préservation du patrimoine naturel et agricole, ainsi que l’accessibilité à la ville-centre et aux services de base.
A la suite de ce premier diagnostic, des pistes de projet ont commencé à émerger. A terme, des micro-projets à valeur démonstrative et expérimentale devraient être mis en oeuvre, avec des partenaires en cours d’identification.
Pour suivre l’évolution de cette expérience, nous vous donnons rendez-vous dès 2019, avec l’organisation d’autres workshops, et le développement d’outils numériques en arabe et en français, visant à développer l’interactivité avec les acteurs locaux.

 
IMG_20181125_181651.jpg

Fatima Ezzahara KHOUTRI (ENAT), Chaimae SADIKI (ENAT), Paul LEBLANC (IUAR), Mathieu ROELANDT (IUAR), Vincent GUILLAUME (IUAR)

Environnement

La gestion des déchets au sein du quartier de Samsa est une réelle problématique. Afin de mieux appréhender cette thématique, nous avons pu nous appuyer sur les compétences de chaque membre du groupe. Pour mieux comprendre ce terrain et afin d’analyser les pratiques des habitants, la cartographie ou les entretiens semi-directifs ont été les principaux outils de l’étude. Ce diagnostic a permis de mettre en évidence un problème d’accessibilité au point de collecte du village ainsi qu’un phénomène de décharge sauvage répandu sur le territoire. Le groupe a pu se rendre compte de la réalité des choses et a développé une réflexion pour une meilleure gestion des déchets.